Description

Par Anne Mulot-Ricouard, responsable du Service des publics

Évreux fut sévèrement touchée par les bombardements en juin 1940 puis en 1944. Ayant fait au total cinq cents morts, ces frappes ont touché le centre-ville dont huit cents édifices furent détruits, soit un quart des habitations. Dans le même temps, quelques haut-lieux du patrimoine se trouvèrent épargnés comme la tour de l’Horloge et la cathédrale notamment. À travers un dispositif original d’enquêtes de terrain, de collectes d’objets auprès de la population locale et l’intervention de l’artiste contemporain Samuel Buckman, l’exposition déterminera comment la ville nouvelle a été perçue, pratiquée et appropriée par ses habitants.