Des frontières instables

La campagne d’Italie de 1859, voit s’affronter l’armée franco-piémontaise à celle de l’empire d’Autriche. Sa conclusion permet la réunion de la Lombardie au royaume de Sardaigne et pose la base de la constitution du royaume d’Italie.
En 1858, Napoléon III et le comte de Cavour, Premier ministre du royaume de Piémont, convinrent de chasser l’Autriche et de faire de Victor-Emmanuel le roi de l’Italie du Nord, « des Alpes à l’Adriatique ». En échange, le Piémont céderait Nice et la Savoie à la France. Provoquée par le Piémont, l’Autriche prit l’initiative de la guerre. L’armée française, commandée par Napoléon III, vint à l’aide des Piémontais. Elle remporta les victoires de Magenta et de Solferino (4 et 24 juin 1859), libérant ainsi la Lombardie.