Une politique d’alliances

Napoléon III connaissait bien l’Angleterre ; l’année 1855 va constituer un moment clef favorable au rapprochement des deux puissances. Leur engagement commun dans la guerre de Crimée en 1854-1856, pour soutenir les Turcs face à la puissance russe, y contribue fortement.
Le rapprochement avec l’Angleterre est l’un des objectifs majeurs de l’Empereur. Cette alliance politique se traduit par des visites de part et d’autre de la Manche : Napoléon III se rend à Windsor en avril 1855 et Victoria, accompagnée du prince Albert et de leurs enfants, vient à Paris du 18 au 27 août de la même année.