Faïence de petit-feu

La faïence de petit feu, dont les premières utilisations sont attestées vers 1660 en Europe, fait son apparition à Rouen dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Après une première cuisson dite au dégourdi, la pièce est émaillée et cuite une seconde fois, autour de 1000°C.
Elle reçoit son décor peint et subit une nouvelle cuisson vers 850°C. Cette technique permet l’emploi d’oxydes métalliques qui ne supportaient par la cuisson à haute température. De nouvelles nuances comme le rose et de nombreux dégradés,notamment de vert, viennent ainsi élargir la gamme des couleurs de grand feu.