Creil, Choisy et Montereau

En 1740, l’Angleterre invente une nouvelle faïence, à la pâte blanche et légère : la faïence fine, dont la plus célèbre est celle de Josiah Wedgwood.
Cette faïence fine est réalisée à partir d’une pâte argileuse blanche , mixée avec du silex calciné et broyé, et recouverte d’une glaçure plombifère, qui vient protéger le décor. Additionnée de chaux, on l’appelle terre de pipe.
Pour tenter de la concurrencer, des faïenceries de « terre à l’anglaise » se créent un peu partout en France à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Les plus importantes seront celles de Creil, de Choisy et de Montereau dans la région parisienne. En dépit d’une fabrication de plus en plus industrialisée, et de décors en série à base de décalcomanies, elles sauront produire de très belles pièces.
Créée en 1745, la faïencerie de Montereau s’associe en 1840 à celle de Creil, qui avait été fondée en 1797. Les ateliers de Creil ferment leurs portes en 1895, mais ceux de Montereau continuent à produire sous le nom de Creil-Montereau.
En 1920, Montereau s’associe avec la faïencerie de Choisy-le-Roi, fondée en 1804. Choisy cesse à son tour sa production en 1934 ; la fabrication continue cependant à Montereau jusqu’en 1955.