Du déshabillé à la robe

Le costume des femmes est le plus souvent composé de deux pièces, une jupe et un corsage, l’ensemble étant dénommé « déshabillé ». Mais pour les femmes les plus aisées, la robe est un élément courant. Toujours réalisée dans un tissu souple et coloré, la cotonnade, la robe évolue au gré des modes citadines et parisiennes. La robe d’abord portée par les citadines sera ensuite adoptée par la riche paysannerie et se démocratise dans les tenues portées les jours de cérémonie au cours du XIXe siècle.

Le costume porté par les normandes au début du XIXe siècle est souvent très proche des modes de la proche capitale et se distingue surtout par le port des bonnets cauchois comme en témoigne cette présentation. La femme porte une robe en indienne de style Empire datant de 1810. La couleur sombre de la tenue est rehaussée par le port d’un bonnet cauchois surmonté de ses barbes. Une croix à pierres et son coulant viennent terminer la parure.

Témoin de la pénétration des modes parisiennes dans le costume régional, cette robe en indienne à manches « gigots » fut portée vers 1835. L’ensemble est complété par un pierrot à deux volants et une croix bosse surmontée de son coulant en forme de cœur.