Le costume populaire féminin

Le costume de tous les jours est le plus souvent fait de tissu à la fois résistant et peu coûteux ; siamoise, droguet en rouge ou en bleu sont les tissus par excellence du costume quotidien des normandes.
La femme porte le plus souvent une chemise, seule pièce de lingerie, sous une paire d’habits aussi appelés « déshabillé », qui se compose d’une jupe ou « cotte » et d’un corsage ou camisole. Les jupes étaient plus nombreuses dans les inventaires car les femmes en portaient parfois deux l’une sur l’autre selon les saisons. Le tablier est le complément incontournable tant pour les jours de travail que pour les tenues de cérémonie. Il est en siamoise, ou en cotonnades imprimées. Un fichu peut recouvrir les épaules, on l’appelle également mouchoir de cou. Ces mouchoirs sont portés par les hommes comme par les femmes. Ils peuvent être en toile blanche brodée pour les jours de cérémonie, en indienne à rayures ou à fleurs, en mousseline unie ou encore en soie unie ou imprimée. La paire de poche (poches de tissu cousues à un lien noué autour de la taille) est un élément original du costume journalier. Elles se portent par dessus ou par dessous la jupe. Une paire de bas en laine ou en coton protègent du froid.
Cet ensemble bleu est caractéristique des éléments qui constitue au milieu du XIXe siècle la tenue quotidienne d’une normande. Elle se compose d’une chemise blanche en lin, d’une jupe de coton, d’un mantelet en indienne bleu imprimé à la réserve, d’un tablier et de poches portées sur la jupe. Le bonnet piqué, brodé ou non de fils de couleurs, est le bonnet des jours de travail mais il est également porté comme support de coiffes.