Cinq formes pour cinq territoires

Le Musée des Traditions et Arts Normands possède une riche collection de bonnets cauchois, portés par les femmes du Pays de Caux entre 1730 et 1830. Les sources qui nous permettent d’étudier le bonnet cauchois restent les actes notariés, l’iconographie à travers les tableaux, lithographies, gravures et toiles imprimées, et les témoignages de voyageurs qui ont traversé le Pays de Caux au XVIIIe siècle. Le bonnet cauchois est une coiffe que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Sorte de support en carton recouvert de soie brochée, de damas ou de velours, rebrodé de fils d’or ou d’argent , entoilé à son sommet pour recevoir une cornette avec ses barbes de mousseline et dentelle qui descendent le long du corps de la femme.
L’ouvrage de Marguerite Bruneau intitulé Les bonnets cauchois. Diversité et évolution édité en 2004 par le Cercle d’Action et d’Etudes Normandes est une étude très complète sur le sujet. La nouvelle muséographie de la salle du costume du Musée des Traditions et Arts Normands est fidèle aux recherches de Marguerite Bruneau. En effet, elle a localisé cinq formes différentes de bonnet correspondant à cinq territoires allant de l’Ouest à l’Est du Pays de Caux. Les cinq bonnets prennent place au musée dans une bonnetière, petite armoire apparue à la fin du règne de Louis XV (mort en 1774), qui peut comporter des tiroirs à la base mais surtout des étagères assez hautes pour « crocher les bonnets ».