Le montage en chef d’œuvre

Si l’on peut graver le verre de façon mécanique, l’on peut aussi le percer et incruster dans les espaces ainsi ménagés des pièces de verres d’une autre couleur, serties dans un plomb indépendant de la résille du panneau. C’est ce que l’on appel le sertissage « à plombs vifs » ou en chef-d’œuvre.
Sont ainsi rendues les crevées blanches dans le manteau bleu de la jeune femme de l’histoire du miracle des Billettes au Musée des Antiquités. Ce travail permet de préciser le dessin et de changer de couleur. Les chefs-d’œuvre contribuent souvent à enrichir le vitrail, soulignant la préciosité de son exécution, qualité particulièrement recherchée.

Le terme chef-d’œuvre évoque la difficulté particulière de réaliser ce travail, véritable prouesse technique. Ce terme ne doit cependant pas être confondu avec le travail de chef-d’œuvre, parfois exigé pour accéder à la maîtrise du métier de verrier.

L’usage massif des chefs-d’œuvre est une preuve de la virtuosité technique de l’exécutant et peut aussi témoigner de la richesse particulière d’une commande.