Des chantiers prestigieux

L’industrie verrière se développe considérablement en Normandie à partir du début du XIVe siècle, pour répondre à une demande croissante. La forêt de Lyons, où des fours sont attestés dès les années 1300, puis la forêt d’Eu à la fin du siècle sont les lieux principaux de cette production qui approvisionne non seulement la Normandie, mais est aussi largement exportée en Ile-de-France, vers le sud de l’Angleterre etc. La technique utilisée est celle du soufflage en plateau.

La cathédrale d’Evreux, la chapelle de la Vierge à la cathédrale de Rouen et le chœur de l’abbatiale Saint-Ouen possèdent les ensembles qui comptent parmi les plus importants de la première moitié du siècle en France.

Ces vitraux semblent tous sortir d’un même groupe d’ateliers que l’on peut croire d’origine parisienne ; leur style a été comparé à celui du célèbre peintre de Philippe le Bel, Jean Pucelle.
Les personnages d’une grande élégance y sont souvent représentés sous des dais architecturaux très élancés, peuplés de statuettes. Ils se détachent sur des fonds incolores travaillés à la grisaille, cernés de bordures pleines de richesse et de fantaisie (faune variée, anges musiciens, feuillages etc.). Le jaune d’argent « inventé » à Paris vers 1300, est utilisé avec beaucoup de raffinement, pour préciser et pour rehausser d’or bien des détails : chevelures, ornementation des vêtements, architectures etc.

Cette activité brillante est interrompue par les débuts de la Guerre de Cent ans, à partir de 1339.