Un traitement des vêtements reconnaissable

Ces deux panneaux évoquent la vie de saint Eustache. À droite, l’apparition miraculeuse du Christ sur la croix entre les bois d’un cerf est l’un des épisodes les plus connus de la légende de saint Eustache. La scène de gauche évoque un moment particulièrement dramatique de la vie du saint : alors qu’il est en train de traverser une rivière avec ses enfants, il voit sur une rive un lion et sur l’autre un loup qui sont prêts à enlever ses deux enfants.

L’ampleur et la richesse des vêtements (par exemple la robe jaune du saint ornée de fleurs peintes à la grisaille, les crevés blancs sur ses chausses rouges), la palette de couleurs éclatantes, le traitement des visages évoquent la manière du peintre verrier Arnoult de Nimègue dont la présence à Rouen est attestée entre 1500 et 1513 et à qui l’on doit le magnifique arbre de Jessé de l’église Saint-Godard.
Ce vitrail présente néanmoins de multiples bouche-trous et parties restaurées. Les restaurations ont été menées par le vitrier You Renaud, au XIXe siècle, avant que celui-ci ne cède le vitrail au musée, en 1836.