Le « mur de lumière » du château d’Eu

Le « mur de lumière » conçu par Viollet-le-Duc s’étend sur quatre verrières principales, séparées par quatre verrières plus petites de forme rectangulaire. Il comporte également deux oculi.
Leur surface est composée de petits verres rectangulaires, à l’ordonnancement très régulier. Une exception est faite dans ce quadrillage pour des verres plus larges réservés aux visages sur les panneaux latéraux et aux armes de la famille d’Orléans. Les couleurs sont relativement douces, la tonalité chaude du brun rosé des motifs et le bleu très aérien du fond laissant passer énormément de lumière.
Seules les armes de la famille d’Orléans sont mises en valeur dans cette composition foisonnante grâce à un bleu moins translucide.
Le fond couleur ciel, empreint de légèreté, fournit un cadre parfait à ce jeu de formes dont l’aspect décoratif est fortement exprimé grâce à la répétition des motifs et accentué par la symétrie de l’ensemble.

Cette « géométrie », très présente à l’œil, n’empêche pas une impression de saturation de l’espace. La ligne du dessin fouette, se propulse dans l’espace dans un élan très dynamique. Les formes semblent presque compressées contre les rebords et vouloir se libérer du quadrillage imposé par le réseau de plomb.
Ces entrelacements, ces cuirs découpés, ces êtres fantastiques, passant de la figure humaine aux motifs végétaux, semblent évoluer, se propager constamment tout en se figeant dans une couleur évoquant la pierre.