La restauration d’anciens vitraux

Ces deux cartons de vitraux ont servi à la réalisation de 2 des panneaux de la verrière de la Vie de la Vierge qui, si elle remonte au 1er quart du XVIe siècle (vers 1500) pour ses parties les plus anciennes, ne conserve quasiment plus d’éléments d’origine.
Seuls deux panneaux, situés au registre supérieur, sont datables du XVIe siècle (ils ont cependant fait eux aussi l’objet de quelques restaurations au XIXe siècle)
Ce sont : l’annonce de l’ange à Joseph (à gauche) et le pardon de Marie à Joseph (au centre). La Nativité, à droite, dont nous possédons le carton de vitrail, est une réalisation du XIXe siècle, comme les trois panneaux du registre inférieur : l’Adoration des bergers (à gauche), l’Adoration des mages (au centre, et dont nous possédons là encore le carton), et la Présentation de Jésus au Temple (à droite).

Le Musée des Antiquités ne possède que 2 des 4 cartons réalisés au XIXe siècle pour compléter cette verrière aux origines anciennes, ce qui pose une fois de plus la question de la localisation de ces cartons, voire même de leur existence.
Quoiqu’il en soit, les deux cartons que nous possédons à ce jour (la Nativité et l’adoration des Mages) sont un témoignage de l’intérêt que porta Jules Boulanger aux verrières de la Renaissance. Outre le fait qu’il s’en inspira pour ses propres réalisations, il s’employa souvent à restaurer et compléter les verrières anciennes chahutées par le temps.