Un Dieu de l’harmonie

Fils de Jupiter et de Léto, Apollon est le frère jumeau de Diane Les fonctions et les symboles de ce dieu sont multiples ; il peut se présenter sous deux aspects très différents : il incarne d’un côté l’ordre rationnel, et une certaine forme de beauté masculine liée à cet ordre rationnel. Mais d’un autre côté, c’est aussi un dieu vengeur qui peut se montrer cruel et meurtrier. En effet, il peut punir, envoyer des maladies à ceux qui lui font du mal (par exemple, il massacre les enfants de Niobé qui ont insulté sa mère Léto). Mais d’un autre côté, il peut aussi guérir et purifier (il est le père d’Esculape, dieu de la médecine).
C’est également le dieu de la musique et de la poésie, et plus particulièrement de l’harmonie musicale ; il est souvent accompagné des Muses (les neuf déesses des Arts et des Sciences). Il est parfois associé au Soleil (comme sa sœur Diane à la Lune) ; il est alors nommé Phœbus (ou Phoibos en Grèce).
Apollon était surtout célèbre dans l’Antiquité pour les sanctuaires qui lui étaient consacrés en Grèce. Le plus connu est le sanctuaire de Delphes : Apollon y était célébré car il avait débarrassé cette région du serpent Python, qui faisait de grands ravages. Ce sanctuaire devint ensuite connu pour son oracle, qui traduisait aux hommes la volonté du dieu, et pour les jeux Pythiques rappelant l’exploit d’Apollon.
Il était très apprécié des Grecs, et connut également un regain de popularité dans le monde romain lorsque Auguste, le premier des empereurs, le choisit comme son dieu protecteur personnel, à la fin du Ier siècle avant J.-C.