La déesse chasseresse

Diane est caractérisée comme une chasseresse par plusieurs attributs ; tout d’abord par ses vêtements : elle ne porte pas, comme toutes les femmes de son temps, une longue robe qui lui descend jusqu’aux pieds, mais une tunique courte serrée à la ceinture qui s’arrête au-dessus du genou. C’est la tenue propre aux personnes qui veulent rester libres dans leurs mouvements (chasseurs, artisans, parfois gladiateurs).
Sa coiffure est aussi adaptée à la chasse : ses cheveux sont relevés en chignon sur le haut de sa tête et ne lui tombent pas devant les yeux. Elle porte un dernier attribut qui en fait une chasseuse : le carquois qu’on voit dépasser de son épaule droite. Elle devait certainement tenir un arc dans la main, mais il a disparu aujourd’hui. Elle fait d’ailleurs ici le geste de sortir une flèche de son carquois, comme si elle allait bientôt la tirer.
Comme pour la plupart des images des dieux romains, cette manière de représenter Diane a été reprise d’une ou plusieurs statues créées en Grèce à l’époque classique. On en connaît d’ailleurs des exemplaires en marbre, le plus fameux étant la Diane dite « de Versailles » aujourd’hui au Louvre (la déesse accompagnée d’un cerf s’avance d’un pas décidé en tirant une flèche de son carquois).