La restauration

Après être resté près de 80 ans dans les combles de l’Hôtel de Ville puis dans les réserves du musée, ce grand plâtre a été restauré en 2014-2015 par Frédérique Berson, restauratrice habilitée à travailler sur les collections des musées de France et spécialisée en sculpture. Cette opération s’intégrait dans les célébrations du centenaire de la Grande Guerre.

L’œuvre présentait un empoussièrement général et était couverte de tâches et coulures noires dues à une exposition prolongée au noir de charbon, apporté à Elbeuf par l’industrie et accumulé avec l’humidité. De nombreux éclats, de petites lacunes de surface, des usures, griffures et entailles parsemaient en outre la surface du plâtre. Des lacunes importants gênaient également la lecture de l’oeuvre puisque manquaient les deux avant-bras, le nez et la bouche de la Victoire, le nez de la femme assise, des doigts et orteils, le manche de l’épée, l’arrière du drapé de la Victoire et le sommet du drapeau.

L’opération a donc consisté en un nettoyage et une consolidation. Les parties métalliques oxydées découvertes ont en outre été neutralisées. Les lacunes les plus gênantes pour la compréhension de l’œuvre, notamment les visages mutilés des deux figures féminines, ont été restituées. Cette opération a été rendue possible par le fait que l’œuvre en pierre définitive réalisée à partir de ce plâtre est toujours conservée visible, offrant à la restauratrice tous les repères nécessaire et interdisant ainsi l’interprétation.

© photo : Frédérique Berson