Comment une jeune fille de bonne famille devient une révolutionnaire...

Cependant, les émeutes se multipliaient à Caen, la guillotine avait été livrée et installée. Les frères de Charlotte Corday avaient réussi à quitter la France, son père était revenu à Caen où il tentait de survivre le plus discrètement possible.

Deux faits semblent avoir précipité Charlotte Corday dans l’action : l’annonce de la mort du roi Louis XVI, le 21 janvier 1793 à Paris, et celle à Caen, quasiment sous ses fenêtres, de l’abbé Gombault dont elle était très proche lorsqu’elle était pensionnaire à l’abbaye royale de la Trinité à Caen, sauvagement guillotiné le 5 avril 1793.
Charlotte Corday, excédée de tant de violence sur le peuple, fut alors persuadée que Marat en était le grand responsable. Dès le 8 avril, elle demanda un passeport pour se rendre de Caen à Argentan sous prétexte de revoir son père, puis en demanda l’ extension pour Paris, le 23 avril.

Elle avait 24 ans, elle avait décidé de voyager seule dans une diligence, ce qui était contraire à tous les usages pour une aristocrate et lors de son procès, ses adversaires ne manquèrent pas de lui signifier en s’en étonnant. Le voyage était éprouvant, comptait seize relais et passait entre-autres par Lisieux et Evreux où il y avait un changement de voiture.
Charlotte Corday avait pris la diligence pour Paris le 9 juillet 1793 avec une seule idée en tête : abattre Marat. Elle suivait en cela la pensée d’un certain Charles-Jean-Marie Barbaroux de Marseille, député expulsé par la force, réfugié à Caen où il s’évertuait à fédérer les normands pour une marche sur Paris, placardant des affiches qu’elle ne pouvait pas ne pas avoir lues. D’ailleurs, elle avait été reçue par lui à deux ou trois reprises mais visiblement sous un autre prétexte, une lettre de recommandation pour une lointaine parente et quand elle lui proposa de prendre en charge ses courriers à l’occasion d’un voyage prévu sur Paris, il ne la prit pas au sérieux. Il lui confia simplement une lettre pour le député Duperret laquelle fut produite au procès.