"J’ai tué un homme pour en sauver 100 000"

Il faut toujours trouver une explication au crime ...
Le musée départemental Pierre Corneille vous propose d’étudier le cas de Charlotte Corday.
Lors de son interrogatoire, Charlotte Corday justifia son geste en rendant Marat responsable de l’état de désolation de la France ruinée par la guerre civile qu’il avait allumée.
Elle voulait tuer le monstre et les membres du tribunal eurent bien du mal à la croire. Comment une jeune-fille seule, sans complice, même nourrie aux tragédies de son aïeul Pierre Corneille, pouvait-elle être l’assassin ? Ce n’était pas croyable.
Cependant cela l’était. Elle fut donc menée à la guillotine.