Spiridion Cartier, maître-ébéniste à Bures-en-Bray

L’horloge déposée par le Château-Musée de Dieppe est signée « Cartier à Bures ». Fait exceptionnel, les horloges sont très rarement signées. Un des seuls noms attestés de menuisiers est celui de Spiridion Cartier. Elle porte également l’inscription « Pascal Lefebvre, horloger à Bures » et la date de 1841. L’horloge des collections du musée de l’horlogerie est inscrite à l’inventaire et « attribuée à Spiridion Cartier ». Au premier coup d’œil, la ressemblance est frappante...
L’horloge des collections de Saint-Nicolas d’Aliermont semblerait cependant avoir été décapée car le bois du coffre est terne et beaucoup plus clair que celle de Dieppe.
Spiridion Cartier (1801-1878) est maître-ébéniste à Bures-en-Bray, sur les rives de la Béthune, vers 1840-1850. Il est la troisième génération d’ébéniste de sa famille. Sur son acte de mariage, il est dit « maître-menuisier ». Un recensement de 1851 nous indique que sa fille Florence est « sculpteuse » ; elle travaille probablement avec son père à la réalisation des décors des horloges.
La période 1840-1850 serait, selon un historien, celle où Spiridion Cartier sculpte ses plus belles horloges. La qualité et la finesse du décor floral sont exceptionnelles.