... très ressemblante à des fragments conservés au musée

À la suite d’un incroyable concours de circonstances, plusieurs fragments isolés, conservés jusqu’à ce jour dans les réserves du musée de la Céramique, ont pu être rapprochés de la nouvelle acquisition. Le musée conservait en effet une base carrée lacunaire, un corps de vase de même décor, un bouquet fragmentaire et deux flammes en faïence. Un second pot à feu, semblable au premier à quelques menus détails près, a alors pu être restauré !
Bien que très sales, les différentes parties étaient en bon état. Le pied du vase était cependant endommagé et comportait une lacune triangulaire. La lacune a été comblée et le décor repris de manière illusionniste. Une légère différence de couleur rend la restauration volontairement visible. Le pied a ensuite été réuni au corps du vase.
Comme l’atteste une photographie ancienne datée de 1926, ce second pot à feu, entré au musée de Rouen au début du XXe siècle, était présenté couronné d’une flamme. Probablement cassé durant la guerre, il a été stocké puis oublié. Le musée possède donc aujourd’hui deux pots, deux bouquets et deux flammes.