La reliure

Le manuscrit est un plein maroquin rouge, encadré de filets dorés. Les tranches présentent une couleur dorée, alors plutôt réservée aux reliures de luxe. Des figures géométriques, exécutées à la roulette, ornent les bords internes de la couverture.
À l’intérieur, les premières feuilles sont marbrées ; embellissement qui fait son apparition au XVIIe siècle en France. Deux autres feuilles de garde en papier sont placées soigneusement au début et à la fin. Un fin signet de tissu vert complète la reliure.
Un brossage, gommage et entretien du cuir ont été bénéfiques, lors de sa restauration. D’autre part, le livret trop épais était difficile à fermer. Ainsi un important travail a consisté à libérer de la place côté dos, en décalant trente pages de hors texte. La restauration s’est réalisée sans avoir eu recours au démontage du corps d’ouvrage.