Les femmes à l’École des Beaux-Arts

Lorsque Madeleine Fessard entre aux Beaux-Arts en 1917, les femmes n’y sont alors admises qu’avec de nombreuses restrictions, et il s’agit d’un cursus encore rare pour une femme.
En effet, créée en 1796, l’École des Beaux-Arts ne s’ouvrit aux femmes qu’en 1897, mais sans qu’elles puissent accéder aux ateliers, ni aux concours (ce qu’elles obtiendront en 1900 et 1903).
Leur entrée « en loge » pour le prix de Rome fut accordé pour la première fois à Lucienne Heuvelmans en 1906, qui obtiendra le Premier grand prix de Sculpture en 1911. Mais dans les années vingt, leur nombre est encore limité, et les conditions qui leur sont faites ne sont guère équitables. L’accès aux mêmes ateliers que les élèves hommes leur reste notamment fermé pour « inconvenance ».
Madeleine entre en 1917 dans l’atelier de Marqueste. Elle est également mentionnée parmi les élèves femmes de Ségoffin. Elle figure aussi sur la liste des élèves de François Sicard (1862 - 1934), prix de Rome, qui sera le créateur du Monument aux Morts de Fécamp (1923). Reçue à titre temporaire le 13 mai 1921, elle le sera à titre définitif le 8 décembre 1924, grâce à une troisième seconde médaille au concours de la figure modelée.