Une réputation sulfureuse

Malgré les critiques parfois acerbes sur certaines des pièces mises à l’affiche, Marie Desmares assure l’adhésion du public à chacune de ses apparations. La pièce Ariane de Thomas Corneille inspire d’ailleurs à Mme de Sévigné le commentaire suivant :
J’ai vu Ariane pour elle seule [La Champmeslé]. Cette comédie est fade, les comédiens sont maudits, mais quand La Champmeslé arrive, on entend un murmure et l’on pleure de désespoir.
Sa célébrité d’actrice a été égale à sa réputation sulfureuse de libertine. Aujourd’hui peu connue du grand public, la vie dissolue du couple Champmeslé contribua certainement à leur donner une image peu favorable pour la postérité.
Le XIXe s. fut particulièrement féroce pour la Dame Champmeslé en ne retenant que son rôle de maîtresse de Racine et en oubliant qu’elle avait été une de ses meilleures interprètes, contribuant largement au succès de ses pièces.