Une histoire mouvementée

Le buste de Victor Grandin par Henri de Triqueti a connu une histoire mouvementée. Il fut d’abord placé dans la cour de l’Hôtel de Ville d’Elbeuf, alors situé place du Coq. L’extension de la ville vers l’est au cours du XIXe siècle conduisit à déplacer la mairie en 1871. Les services municipaux se transportèrent alors vers un nouveau bâtiment, qui constituait avec la chambre de commerce le nouveau cœur économique et politique de la ville. Le buste et son socle furent alors installés près du nouveau bâtiment, face à la Seine.
Il est intéressant de constater l’attachement des édiles municipaux à Victor Grandin près de 20 ans après sa mort, signe de l’importance qu’il eut dans la vie locale. Installé entre le nouveau centre ville et les quais de Seine, lieu d’un intense trafic fluvial, le buste de Grandin signalait en outre le déplacement des pouvoirs politiques et industriels elbeuviens.
Le buste en bronze fut fondu en 1942 par les occupants allemands et on crut disparue l’œuvre de Triqueti, jusqu’à ce qu’un moulage en plâtre soit retrouvé dans les combles de l’Hôtel de Ville en 1955. Exposé au musée pendant plusieurs années, il fut ensuite relégué en réserve avant d’être récemment redécouvert. Son état de conservation était globalement bon, mais sa surface était très sale, ce qui gênait la lecture de l’œuvre. Sa restauration, effectuée en 2008 par Frédérique Berson, a consisté en un nettoyage grâce à un gel pelable. Appliqué sur toute la surface, il absorbe la crasse en séchant. Il a laissé apparaître une surface extrêmement blanche.
Le buste en plâtre de Victor Grandin sera exposé à partir de 2010 dans les nouveaux locaux du musée d’Elbeuf. Le piédestal, orné de quatre angelots et de guirlandes, subsiste quant à lui dans les jardins de l’Hôtel de Ville, en souvenir du bronze disparu...
Documentation : Frédérique Berson, Rapport de traitement du buste de Victor Grandin, juin 2008, consultable au musée de l’Agglo d’Elbeuf.