La « croix de Rouen » ou « croix à pierres »

Dernière-née de ces croix normandes, la croix dite « de Rouen » apparaît dans les dernières années du siècle, après les bouleversements de la Révolution, lorsque le contrôle de la production des orfèvres reprend en 1797.

À cause des petits strass dont elle est ornée, la « croix de Rouen » est encore appelée « croix à pierres », bien qu’elle soit différente des « croix à pierres » du début du XVIIIe siècle.

Elle résulte en effet d’une autre technique : le repercé. Un décor est tracé sur une feuille de métal précieux, puis mis en évidence en créant des vides par reperçage de la feuille d’or. Ce procédé va devenir une spécialité des orfèvres rouennais, qui réalisent croix et cœurs, en y ajoutant quantité de petits strass (faux diamants inventés par Strass en 1760).