Analyse de l’oeuvre

C’est un paysage, représentant les quais de Seine de la commune de Caudebec-en-Caux, en Seine-Maritime, lors d’une journée particulière. Le mascaret, phénomène naturel prenant la forme d’une importante vague, ne se produisait que quelques rares fois dans l’année et était particulièrement visible et impressionnant à Caudebec. La foule s’est réunie le long des quais pour l’observer. Au loin, on remarque un bateau en difficulté, pris dans la violence de la vague.
La composition classique choisie par l’artiste est en frise, conformément aux traditions picturales des peintres paysagistes.

C’est au premier plan que se déroule l’action principale. On y voit l’imposante vague et la foule qui s’approche pour observer le phénomène de plus près. La nature, au second plan, entoure et encadre la représentation, permettant ainsi de valoriser le plan initial et d’y poser son regard, dès le premier coup d’œil. On remarque à quel point le ciel est très présent : source de lumière, clair et peu chargé, il est en contradiction avec la violence et l’agitation de la scène représentée au premier plan. Difficile d’analyser la touche picturale car le tableau a été rentoilé1, probablement suite à des déchirures anciennes. On constate cependant une facture2 très gestuelle, principalement dans la représentation de la vague : l’écume est floue et mousseuse. Il est probable que ce soit des retouches tardives réalisées après le rentoilage de la toile.

La foule s’est réunie sur les quais pour observer la scène. Représentée de façon succincte, par petites touches (les chapeaux et les bonnets des dames sont très visibles avec les touches blanches), elle est comme serrée et entassée, renforçant l’effet de masse d’une population qui se précipite pour observer le phénomène. En revanche, quelques personnages s’en dégagent : les deux hommes, au premier plan, s’amusent à s’approcher au plus près de la vague. Avec la représentation précise de ces quelques personnages, nous avons des indications sur les tenues que portaient les riverains au XVIIIe siècle. On remarque que les hommes portent un chapeau assez similaire, est-ce le fameux « chapeau caudebec » qui a fait la renommée de la ville à cette période ?

Au loin, nous remarquons un bateau en difficulté, pris dans la violence de la vague. Les sujets de tempête ne sont pas les thèmes de prédilections dans la peinture de Marine française. Cependant, nous pouvons citer le peintre Joseph Vernet (1714-1789) qui, imprégné par la peinture italienne et les paysages agités, peint quelques scènes de tempêtes en pleine mer. Cette scène de péril dans les eaux agitées, peinte par Jugelet, confère une charge d’émotion particulière, rappelant la petitesse de l’homme face à la grandeur de la nature et de ses forces.

1 C’est une opération de restauration qui consiste à doubler la toile d’origine par une autre toile.
2 C’est la composition technique d’une peinture : orientation de la touche, épaisseur de la peinture …