Jules-Paul Lœbnitz

En 1857, Jules-Paul Lœbnitz reprend la manufacture de faïence fondée en 1833 par le second mari de sa grand-mère, Jean-Baptiste Pichenot, rue de la Pierre Levée à Paris. Rendue célèbre par la mise au point en 1840, d’un procédé de fabrication de faïence ingerçable, permettant de produire des carreaux et des plaques de faïence de grandes dimensions sans risques de déformations, la faïencerie Lœbnitz produit essentiellement des articles de chauffage tels que poêles et plaques pour cheminées.

Dès les années 1860, Jules-Paul Lœbnitz décide de diversifier la production et de donner à la fabrique de nouvelles orientations. Il se lance alors dans la céramique architecturale dans l’esprit des Della Robbia. Très vite, il collabore avec les plus grands architectes de son temps sur des chantiers prestigieux tels que Blois, où il travaille avec l’architecte Félix Duban et fournit les nouveaux carrelages du château, Eu où il réalise, sur des dessins de Viollet le Duc, des carreaux pour les sols, les cheminées et les salles de bains du château.