Œuvres commentées

La dame à la biche, 1930

Madeleine Fessard, une artiste discrète


Née en 1893 à Fécamp où son père était notaire, Madeleine Fessard est décédée à Paris en 1995, après une vie discrète entièrement consacrée à la sculpture.
Encouragée par son père, elle entre à l’École des Beaux-Arts de Paris en 1917.
Toutefois, elle ne ressemble en rien à l’artiste bohème du « Montparno » des années 30. Propriétaire terrienne en Normandie, elle est fortunée. Au regard de ses amies, dont certaines luttent parfois durement pour vivre de leur art, elle qui n’a pas besoin de vendre, fait un peu figure de dilettante. Pourtant, elle travaille beaucoup, mais elle reste discrète et ne recherche pas les occasions d’exposer ni de vendre. Tout se passe comme si la sculpture était pour elle de l’ordre de l’intime.
Cette modestie sera confirmée par son testament : alors qu’elle lègue plusieurs tableaux anciens aux musées de Rouen et de Fécamp, elle n’y ajoute aucune de ses propres œuvres ; elles seront, selon sa volonté, dispersées en vente publique au profit d’œuvres caritatives. En son souvenir, ses descendants ont offert en 2001 au Musée de Fécamp l’une des ses œuvres majeures, le plâtre original de La dame à la biche, présenté au Salon de 1930.

L'artiste, son modèle et « La dame à la biche » en cours de réalisation. Atelier Sicard, École des Beaux-Arts (vers 1917) La dame à la biche La dame à la biche (1930)

vide